• Les bornes frontalières des Pyrénées numérotées de 91 à 125 s'échelonnent du col d'Ispéguy au col d'Eyharza.


    La borne frontière numéro 92 est couchée (en 2009 et 2010). Tout près d'elle il y a une ancienne limite, une croix avec le numéro 92 gravés sur un petit rocher. Le 2 mars 2013, la borne était debout !

    La borne frontière numéro 93 située sur la crête (800 m) d'Olhateko Kaskoa et la borne frontière numéro 98 située à Nekaitzeko Lépoa (814 m) étaient détruites (en 2008 et 2009), il en subsiste quelques morceaux à leurs emplacements respectifs.

    Le procès-verbal d'abornement du Traité du 2 décembre 1856 signale pour le repère 116: " Croix à 190 mètres de la borne précédente, sur la même montagne Ourrizca.", une borne portant le même numéro a été installée près de la croix originelle.

    Il est possible de relier les bornes frontière 91 à 125 sans quitter la ligne frontière en réalisant ainsi une belle traversée. Le dénivelé positif est d'environ 1250 mètres pour un dénivelé négatif d'environ 1035 mètres. La carte IGN à utiliser est la 1:25000 Saint-Jean-Pied-de-Port Saint-Etienne-de-Baïgorry 1346 OT.

    Voir galerie photos des bornes frontière 91 à 125
     


    votre commentaire
  •  Les bornes frontalières des Pyrénées numérotées de 72 à 91 s'échelonnent de Dantxarinea au col d'Ispéguy.

    Pour la borne frontière numéro 76, le procès-verbal d'abornement signale qu'elle est située "à Gorospilco-lépoa, ou col de Gorospil, également nommé Gorospilco-mougacoa, parce qu'à 2 mètres de cette borne, il y en a une ancienne en forme de large table, portant les lettres Ez et I gravées du côté de la France, et BB du côté de l'Espagne, initiales de Ezpélette, Itsasou et Baztan." La large table dont il est question, est un menhir couché. Il y a deux "B" gravés pour Baztan, "Y" et non "I" pour Itsasu ou Itxassou et "Ez" pour Ezpeleta ou Espelette. 

    La borne frontière numéro 78 est signalée sur la carte de randonnée IGN 1:25000 au col d'Iguzkiégui alors qu'elle est située un peu plus à l'Est, à la cote 604, à la fin d'un chemin bordé de clôtures.

    A environ 55 mètres au Sud-Est de la borne frontière numéro 81 située au centre d'un cromlech, en bordure du talus dominant le sentier situé au-dessus de Mendiburuko Borda il y a un monolithe avec deux croix gravées. 

    Non loin de la borne frontière numéro 85, située sur la rive gauche du ruisseau Arrouceco-erréca peu avant son confluent avec l'Ourbacouya (Regata de Aritzacun ou Torrent le Bastan), à une dizaine de mètres et sur la rive droite, il y a le numéro 85 avec le sens de la frontière gravés sur un rocher. Un arbre mort étant couché sur ce rocher, lors de mon passage le 31 mars 2014, j'ai enlevé quelques branches et ronces pour le rendre plus visible.

    Pour le repère frontière numéro 86, le procès-verbal d'abornement signale : "A Truchilen-borda-aldéa, le signal consiste en une croix, à 644 mètres de la borne précédente, à savoir : 150 dans la direction E. S. E. et 494 dans celle S. S. E.". Ce n'est pas une croix mais une borne qui se trouve à cet emplacement, sur le terrain de Turchilen Bergerie.

    Les bornes ou croix frontière 87, 88 et 89 sont situées sur une ligne pratiquement droite, allant vers le Sud, de la bergerie Larhanton au col d'Iparla. Selon les cartes de randonnée IGN au 1:25000 elles sont désignées comme bornes frontière, situées respectivement à environ 410, 670 et 850 mètres d'altitude.  La Convention du 28 décembre 1858, additionnelle au traité du 2 décembre 1856 (qui détermine la frontière de l'embouchure de la Bidassoa au point de jonction du département des Basses-Pyrénées, de l'Aragon et de la Navarre) précise les "signaux de démarcation" 87 à Labantorel-borda-aldéa, en face de l'entrée de la borde, et à 318 mètres du dernier signal, 88 à Migueren-borda; il a pour repère une croix sur un rocher voisin de la borde; la distance n'a pu être mesurée, le terrain étant impraticable, 89 au S. S. E., à Larrete, à 2 mètres plus loin qu'un rocher signalé par une croix, sans numéro; la distance n'a pu être mesurée.

    Le signe frontière numéro 87 était une borne qui a été détruite ! Elle a été remplacée par l'Espagne en 2012.

    Le signe frontière numéro 88 est bien une croix gravée sur un rocher au bord du vide, au Nord-Nord-Ouest du piton de Belzaouzk Bergerie (670 mètres).

    Il y a une borne frontière sans numéro, couchée près d'un groupe de bergeries en ruines, au Nord-Ouest de Larratéko Héguia (855 mètres).

    La borne frontière numéro 89 est couchée, et non loin d'elle il y a une croix frontière avec un semblant de numéro 89 qui sont gravés sur une roche à l'Ouest-Nord-Ouest de Larratéko Héguia (855 mètres). 

    Au sommet du pic d'Iparla (1044 mètres), il y a deux petites croix sans numéro gravées sur des roches pour indiquer, à partir du sommet, la direction de la ligne frontière. Elles ont été gravées lors d'un abornement antérieur à celui prévu par le Traité du 2 décembre 1856.

     Une remarquable mais très longue traversée pour relier les bornes frontière 72 à 91 sans trop s'éloigner de la ligne frontière, sauf entre les bornes 84 et 85, avec quelques passages délicats quand le sol est humide entre la bergerie Larhanton et le col d'Iparla (qui peuvent s'éviter en remontant plus à l'Est). Le passage au sommet du pic d'Iparla (1044 mètres) constitue le franchissement du premier sommet dépassant les 1000 mètres en suivant la ligne frontière depuis l'Océan Atlantique. Le dénivelé positif est d'environ 2160 mètres pour un dénivelé négatif d'environ 1560 mètres. Les cartes IGN à utiliser sont les 1:25000 Hendaye Saint-Jean-de-Luz 1245 OT, Cambo-les-Bains Hasparren 1345 OT et  Saint-Jean-Pied-de-Port Saint-Etienne-de-Baïgorry 1346 OT.

     Voir galerie photos des bornes frontière 72 à 91


    votre commentaire
  • Les bornes frontalières des Pyrénées numérotées de 36 à 72 s'échelonnent des abords du col de Lizuniaga à Dantxarinea.


     

    Entre les bornes frontière 36 et 37 il y a trois petites anciennes bornes frontière intermédiaires dont la première a la tranche supérieure horizontale gravée d'une croix et la troisième est située à un mètre de la borne frontière 37, "Dans un endroit appelé Eguimiarra".

    Juste avant la borne frontière numéro 38 située "au lieu nommé Lésaca-bide.", il y a une petite ancienne borne frontière intermédiaire.

    Entre les bornes frontière 38 et 39, il y a des anciennes bornes frontière avec une croix gravée sur la tranche supérieure horizontale.

    A moins d'une centaine de mètres à l'Ouest de la borne 39, sur la crête Ouest d'Ibanteli, il y a une borne de limite espagnole sans numéro (610 m), avec un V gravé sur la face regardant Vera de Bidasoa et un E gravé sur la face regardant Echalar ou Etxalar.

    Il y a une première croix gravée sur un rocher à 80 centimètres de la borne frontière numéro 40 située "Dans l'endroit nommé Ibantalico-gaïna" et une seconde croix sur un rocher situé à un peu plus de 5 mètres de cette même borne.

    Au Sud de la borne frontière numéro 40, il y a des anciennes bornes frontière avec une croix gravée sur la tranche supérieure horizontale.

    Il y a une ancienne borne frontière avec une croix gravée et une ancienne croix frontière gravée sur un rocher, près de la borne frontière numéro 42 située "A Archabaleco-gaïna". 

    Des bornes intermédiaires ont été disposées entre les bornes frontière 44 du col de Lizarrieta et 45 du sommet d'Idoikobizkarra :

    Le texte de la convention du 28 décembre 1858 annexé au traité de fixation des limites du 2 décembre 1856 a été complété en son annexe V (acte de bornage) par des indications se référant à la borne 45, contenues dans le Décret n°88-1110 du 6 décembre 1988:

    "... ont été approuvés  les travaux de matérialisation de la frontière entre les bornes 44 et 45 dans le secteur du col de Lizarrieta... la ligne divisoire des souverainetés, installée sur celle des eaux, a été jalonnée:

    "1° Sur la plate-forme goudronnée du col de Lizarrieta, par trois plots (placas, en espagnol) de ciment, affleurant au niveau de l'asphalte, divisés chacun par une rainure longitudinale orientée selon la ligne même de la frontière, les lettres E et F étant inscrites au creux de part et d'autre..."

    "2° Entre cette plate-forme et la borne 45 sur le sommet de l'Idoetaco-gaina, par douze bornes intermédiaires le long du dos divisoire des eaux, dont le dessin est sensiblement celui de la lettre "S". Ces repères sont des prismes quadrangulaires, identiques en force à ceux de la Convention d'abornement, mais de dimensions moindres (20 centimètres de côté, et 30 centimètres de hauteur au-dessus du sol). Sur leurs faces opposées sont gravées les lettres initiales E et F et sur celle regardant au Nord vers la borne antérieure le numéro 44, accompagné d'une lettre sélective, de A à L incluses. Les coordonnées respectives de leurs distances et situations sont fournies sur un document annexe ci-joint, résultant du levé sur terrain effectué par le Service Géographique de l'Armée Espagnole, auquel les deux parties ont donné leur accord;

    "3° La sinuosité de la ligne frontière exactement suivie sur le sol entraîne que la distance effective séparant les deux bornes 44 et 45 s'élève désormais à 450,4 mètres au lieu de 408." Il y a une erreur de calcul car si on fait le total des distances séparant chaque borne, de la 44 à la 45 en passant par les intermédiaires, on trouve un total de 440,4 mètres.

    Il y a de nombreuses anciennes bornes frontière entre les bornes frontière 44 et 57.

    Entre les bornes frontière 56 et 57, sur la crête Sud-Ouest de l'Atxuria ou Pena Plata, il y a quatre stèles avec un S (Sare) gravé sur la face française, un B (Baztan) gravé sur la face espagnole ainsi que la direction de la limite frontière gravée sur la tranche supérieure.

    Juste sous le sommet de l'Atxuria ou Peña Plata (759 m) il y a une croix gravée sur une roche et au sommet il y en a deux autres, également gravées sur roche, dont une dans le même style que celles qui sont au sommet du pic d'Iparla. Le procès-verbal d'abornement du traité du 2 décembre 1856 précise qu'après la borne frontière 57 située sur la pente de la montagne d'Agnatarbé: "La ligne frontière s'élève ensuite jusqu'au grand rocher d'Archouria sur le sommet duquel il y a une croix gravée, sans numéro. On compte 345 mètres de la borne 57 au pied du rocher dont la partie Sud est inaccessible, ce qui a empêché de mesurer la distance jusqu'au sommet.".

    Il y a une ancienne croix frontière gravée sur l'énorme monolithe situé tout près de la borne frontière 58, au lieu nommé Léouza.

    La borne frontière numéro 59, située sur la rive gauche du ruisseau Sorogorrico-erréca (nommé sur la carte IGN Beherekobentako Erreka) près de la limite Est de la carrière, est difficile à trouver car elle est à moitié enfouie dans la terre.

    Entre les bornes frontière 61 et 63,  il y a plusieurs anciennes bornes frontière avec un "B" pour Baztan gravé sur la face regardant l'Espagne et un "S" pour Sare gravé sur la face regardant la France. Celle qui est située près de l'entrée du parc de jeux de la venta Urtxola, entre les bornes frontière numéro 61 et 62, a une croix gravée sur la tranche supérieure horizontale et celle qui est située un peu avant la borne frontière numéro 63 a la direction de la ligne frontière gravée sur la tranche supérieure horizontale.

    Entre les bornes frontière 65 et 66, près d'Olazurko Bizkarra, il y a une stèle avec un B sur la face française et un S sur la face espagnole.

    A Larre Azpiletakogana (128 m), sur l'emplacement qui semble correspondre à celui de la borne frontière numéro 67, il y a une borne sans inscription et tout près, à trois mètres, il y a des morceaux de borne cassée (?) avec lesquels j'ai réalisé un cairn. 

    Presque contre la borne frontière 70, près de la venta abandonnée sur la rive de Erreka Munugainako, il y a une borne avec un B et un S sur la même face. La convention additionnelle (du 28 décembre 1858) au traité pour déterminer la frontière du 2 décembre 1856 précise que la borne 70 est située "A Masacolétaco-erréca, au point de réunion des deux ruisseaux, à la gauche du ruisseau principal, nommé Mounougaïnaco-erréca, et près d'une ancienne borne portant les initiales B. S. U. de Baztan, Saint-Pré et Urdax, à 581 mètres de la borne antérieure." Saint-Pré correspond à Saint-Pée-sur-Nivelle.

    Presque contre la borne 71, à Arrateburouko Munua près de la clôture du champ de la venta Panta (130 m), il y a une stèle avec un S sur la face française et un B sur la face espagnole.

    La borne frontière numéro 72, située près de la venta Panta à Dancharia ou Dantxarinea, a été déplacée pour construire une route en 2009 et a été replacée à l'envers, le numéro faisant face à l'Orient.  

    Une très belle traversée à réaliser pour relier les bornes frontière 36 à 72 sans trop s'écarter de la ligne frontière avec toutefois des passages en terrain confus (clôtures de barbelés à franchir, ronces, épineux, végétation sauvage...) entre les bornes 66 et 71. Le dénivelé positif est d'environ 1300 mètres pour un dénivelé négatif d'environ 1420 mètres. La carte IGN à utiliser est la 1:25000 Hendaye Saint-Jean-de-Luz 1245 OT.

    Voir galerie photos des bornes frontière 36 à 72

     


    2 commentaires
  • Les 36 premières bornes frontalières des Pyrénées s'échelonnent de la rive droite de la Bidassoa aux abords du col de Lizuniaga.

    La borne frontière numéro 1 (25 m) est située à 203 mètres au Nord du puente de Endarlatsea, rive droite sur la falaise qui surplombe la Bidassoa, son accès n'est pas aisé, de même que la jonction avec la borne frontière numéro 2 (300 m). Elles sont bien gardées par une végétation confuse d'épineux et des rochers. La Convention additionnelle du 28 décembre 1858 au Traité du 2 décembre 1856 pour déterminer la frontière depuis l'embouchure de la Bidassoa jusqu'au point où confinent le département des Basses-Pyrénées, l'Aragon et la Navarre, précise que la "Borne numéro 1. Est placée sur un rocher, nommé Chapitelaco-arria, à 300 mètres en aval du pont d'Enderlaza et sur la rive droite de la Bidassoa, à l'endroit où finit la pente du chaînon qui prolonge le massif de montagnes qui sépare la bassin de cette rivière de celui de la Nivelle." L'échange de lettres des 31 janvier et 7 février 1985 entre la France et l'Espagne, qui constitue un accord modifiant l'annexe V de la Convention du 28 décembre 1858 additionnelle au Traité du 2 décembre 1856 précise que la "Borne n°1. Est placée sur un rocher nommé Chapitelaco-Arria, à 203 mètres en aval du pont acutel (1982) d'Endarlaza, sans tenir compte de l'ancien pont détruit, et sur la rive droite de la Bidassoa." Pour acutel, il faut lire actuel.

    La borne frontière numéro 10 (560 m) est désignée sur la carte IGN Top 25 par le numéro 9 (la borne frontière numéro 9 étant au sommet du Mandale 573 m comme le signale la carte de randonnée IGN compatible GPS édition 4).

    La borne frontière numéro 12 (350 m) a été fixée sur le parking de la venta Peio à Ibardin, en haut des escaliers qui donnent accès à la station essence.

    La borne frontière numéro 19 (115 m) est en partie recouverte de mousse et se trouve sur la rive droite de Insolako Erreka en face de la borne frontière numéro 18 dont elle est distante d'une vingtaine de mètres, non loin de la venta Insola. La carte IGN de randonnée compatible GPS édition 4 ne la signale pas à cet endroit.

    La borne frontière numéro 20 (220 m) est difficile à situer, au-dessus de Insolako Erreka sur la crête Ouest de Subisia, à travers une végétation d'épineux, elle est à une cinquantaine de mètres au-dessus du GR 10 et à une cinquantaine de mètres après une clôture.

    La borne frontière numéro 21, située près de la venta Yasola (402 m), est désignée sur la carte IGN Top 25 par le numéro 20. La carte de randonnée IGN compatible GPS édition 4 a rectifié cette erreur.

    La nouvelle carte de randonnée IGN compatible GPS édition 4 signale deux bornes rapprochées au col de Zizkuitz (670 m), alors qu'il n'y a que la borne frontière numéro 22.

    La borne frontière numéro 24 est située en pelouse, quelques mètres avant les falaises sommitales Ouest de la Rhune (Larrun) (840 m), elle n'est mentionnée sur aucune carte.

    Au sommet de la Rhune (Larrun) (900 m ou 905 m selon les cartes), sur la pelouse qui est contre la plate-forme sommitale, il y a une borne sans numéro.

    Les bornes frontière numéro 25 et  numéro 26, situées sur la crête sommitale Est de la Rhune (Larrun) ont le numéro visible sur la face arrière de la borne.

    Sous le col de Lizuniaga, en bordure de la route D 406, la borne frontière numéro 36 (190 m) est contre la table des Faceries. La frontière passe au milieu de cette table où les accords de faceries étaient signés entre les maires du Labourd et de la Navarre pour gérer la circulation transfrontalière des bovins et caprins. Dans les Pyrénées, les faceries étaient des accords entre bergers qui régissaient l'utilisation pacifique et en commun des pâturages, des sources et des problèmes de bornages (muga ou mugarri). De l'autre coté de la table, il y a une stèle avec une sorte de croix latine pattée gravée en relief sur ses deux faces.

    En longeant la ligne frontière, on trouve de nombreuses croix gravées sur roche, des pierres dressées, des stèles simples ou avec une croix gravée sur la tranche horizontale supérieure, issues d'abornements antérieurs à celui réalisé en 1858.

    Pour un randonneur bien entraîné et connaissant l'emplacement des bornes, il est possible de réaliser une superbe traversée en reliant les 36 premières bornes frontière dans la journée, sans s'écarter de la ligne frontière. Le dénivelé positif étant d'environ 1650 mètres pour un dénivelé négatif d'environ 1400 mètres. La carte IGN à utiliser est la 1:25000 Hendaye Saint-Jean-de-Luz 1245 OT.

    Voir galerie photos des bornes frontière 1 à 36

     


    2 commentaires